Un forum francophone exclusivement consacré aux Etats-Unis d'Amérique (politique, société, culture, médias, sport etc...)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Prison moyen de punition ???

Aller en bas 
AuteurMessage
Mr XX121

Mr XX121

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 59
Localisation : Texas Dallas

MessageSujet: Les Prison moyen de punition ???   Lun 11 Mar - 23:10

Abus sexuels. Enfin, la question des relations homosexuelles en détention pose le problème de la responsabilité de l'Administration pénitentiaire devant les abus sexuels dans l’univers carcéral.

Les relations qui se développent entre les prisonniers sont le plus souvent dominées par des rapports de force et dʼautorité virile basés sur la soumission et lʼhumiliation. L’exacerbation des marques de virilité, telles que les tatouages, la musculation, le machisme, le comportement sexuel dominateur ou les actes de violence sont à considérer dans ce contexte d’évaluation réciproque et de compétition entre détenus.

L’homophobie, et d’une manière générale les violences en détention, ont un rôle de gardien de la virilité et de protection du groupe. Certains détenus s’investissent d’une mission : celle d’être les conservateurs de la virilité dans la « maison des hommes ». Derrière un comportement homosexuel c’est « le constat de la dégradation de la puissance virile » que les détenus perçoivent et qui leur est inacceptable. Dans cette perspective, les manifestations de virilisme exacerbé, d’homophobie, de violences y compris de violences sexuelles cherchent à combattre les atteintes à l’image du « mâle dominant ».
Cette défense de la virilité et de la norme qu’incarne l’hétérosexualité explique l’assimilation très fréquente des homosexuels aux délinquants sexuels. Ces deux catégories d’individus, chacune à leur manière, ont transgressé la norme. Punir et violenter les délinquants sexuels comme les homosexuels, c’est punir ceux qui ont eu un comportement sexuel déviant, qui ont failli à l’image de l’homme viril.

4°) La prostitution

La prostitution pour certains détenus apparaît comme une nécessité physique (se prostituer en échange de la protection d’un caïd) ou économique (se prostituer pour acquérir des biens de consommation quotidiens). Cette homosexualité d’échange est un esclavage sexuel.

Si la prostitution est connue de tous en prison, elle est souvent couverte du voile pudique du secret. Dans son livre Médecin-chef à la prison de la santé (éditions Le Cherche-midi, 2000, pp. 116-117), Véronique VASSEUR relatait des faits de prostitution dont l’Administration pénitentiaire non seulement avait connaissance mais semblait aussi cautionner : bien qu’un trafic de prostitution ait été dénoncé par un détenu qui avait raconté que, le soir aux douches, les travestis se livraient à la prostitution, l’Administration n’avait eu aucune réaction. Elle évoque également la situation d’un travesti qui lui rapporte les faits de prostitution auxquels il doit se livrer pour avoir ses cantines et accéder à la douche.

5°) Les viols

Les viols sont monnaie courante dans un tel contexte.

Pire, avouer s’être fait violer, revient à signer publiquement sa condition de faible, sa perte de masculinité et, très souvent, les victimes ne dénoncent pas les agressions subies, de peur de représailles violentes de la part des agresseurs, voire des autres détenus (pour avoir « balancé » un codétenu). La loi du silence carcéral domine.

Or, quand les agressions sexuelles ne sont pas réprimées, la prison apparaît comme une zone de non-droit. Les détenus se trouvent dans cette situation étrange : ils sont parfois incarcérés pour des actes moins graves que les agressions sexuelles qu’ils subissent impunément en prison.

Quand on songe aux conséquences psychologiques dramatiques d’un viol pour la victime, a fortiori en cas de non-reconnaissance du statut de victime par la société, il est particulièrement inquiétant de ne pas se préoccuper des effets que peuvent avoir de tels actes sur les chances de réinsertion du détenu victime. Les violences sexuelles sont considérées par les détenus comme une peine supplémentaire qui ne dit pas son nom, une peine illégale mais que l’Administration pénitentiaire et la justice tolèrent.

Le sentiment d’injustice subi ne peut être qu’à son paroxysme et on sait qu’il est le terreau de la récidive.


Bref ces faibles soumis quand ils en ressortent ils deviennent des homos passif souvent qui se prostituent ou des Homosexuels homophobe (surtout les travelo ) ou même on voit des Homosexuel homophobes virant dans l'Islam sur ou mouvement Néonazis Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Incroyable Non flower flower flower flower Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Prison moyen de punition ???
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» punition !!
» par quel moyen de transport
» D''un coup de pioche, il déterre un squelette du haut Moyen-Age!
» l'enseignante fait écrire la punition avec le sang des élève
» Cuisine du Moyen-Orient

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USA :: Le forum USA :: Actualité-
Sauter vers: