Un forum francophone exclusivement consacré aux Etats-Unis d'Amérique (politique, société, culture, médias, sport etc...)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Civil War

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mr XX121

avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 58
Localisation : Texas Dallas

MessageSujet: Civil War    Sam 15 Juil - 18:49

Un policier motard de la Compagnie de Sécurisation et d’Intervention du 93 (CSI 93) a été violemment attaqué et lynché la nuit dernière à Sevran (Seine-Saint-Denis) vers 02h00, par une trentaine d’individus qui avaient bel et bien décidé de s’en prendre à lui avec le maximum de violence.
Alors que la nuit a été particulièrement agitée en Seine-Saint-Denis, notamment à Aulnay-sous-Bois où un motard a trouvé la mort en prenant la fuite, refusant un contrôle de police, des incidents ont également éclaté à Sevran dans le quartier du Pont-Blanc, notamment.
Poubelles incendiées et jets de pierres pour les policiers venus soutenir les pompiers, ces derniers ont été contraint de demander du renfort.
C’est alors que deux policiers motards de la CSI 93 se sont approchés des lieux et ont été pris violemment à partie, quartier de la Cité Basse à Sevran, par une trentaine d’individus. L’un des motards a alors chuté au sol devant le nombre d’agresseurs venus à son contact direct.
Ces dizaines d’agresseurs, certains armés de barres de fer, ont alors encerclé le policier au sol qui a été très violemment roué de coups.
Selon nos informations, la trentaine d’auteurs n’a pas hésité à casser une pierre de la taille d’un parpaing sur son casque, mais a également tenté de lui voler son moyen de défense lacrymogène. Le policier a été traîné au sol sur une trentaine de mètres alors qu’il recevait une pluie de coups.
Vu la situation critique à laquelle il était confronté, ce dernier a été contrait d’ouvrir le feu plusieurs fois avec son arme de service.
L’un des agresseurs a alors été blessé au ventre. Selon le journal Le Parisien, le pronostic vital de ce dernier ne serait toutefois pas engagé.
Le policier a alors pu être secouru par des renforts, le visage ensanglanté, présentant de multiples contusions partout sur le corps. Selon nos informations, ce samedi matin, il était toujours hospitalisé. Aucune interpellation n’a d’autre part eu lieu, pour l’heure, suite à ces faits.
Le parquet de Bobigny a saisi l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) indique également Le Parisien suite à cette affaire, chose habituelle dans ce type de circonstance.
© Gaïa
Source : Actu17.fr

Il n’y a pas en France de zones de non droit, disent les dirigeants politiques.
Nous allons de plus en plus vers des quartiers où plus aucun représentant de l’ordre public ne rentrera. C’est ce qui est voulu pour laisser cette situation gangrenner toutes les banlieues de grandes villes et maintenant les villes moyennes. En ayant une phobie des émeutes, nos autorites laissent faire les nuisances des bandits en toute liberté d’agir de la sorte.
Quand Il y aura des policiers qui y laisseront leur vie que sera t-il fait ? Rien. On trouvera des belles excuses aux fauteurs de trouble, comme à Chatenay Malabry qui courrent toujours. Si ces délinquants de haut vol (autrefois ils étalent jugés pour tentative de meurtre sur personne détentrice d’autorité policière) étaient arrêtés, jugés puis sévèrement condamnés, ils n’agiraient pas comme ça. Il faut dire un grand merci à Taubira à titre posthume.
Cette France musulmane des quartiers est devenue ingérable. Dans peu de temps, le 93 deviendra effectivement un département autonome qui va demander son indépendance .

Embarassed

Région parisienne, 13 juillet, tensions extrêmes dans les territoires occupés du Val d’Oise. Des habitations ont été la cible de tirs de mortiers.
A Fosse, dans la nuit de jeudi à vendredi 14 juillet peu après 1 heure du matin, des tirs de mortiers ont ciblé les bâtiments où logent des civils, notamment des familles de gendarmes.
Dans la soirée du 13 juillet, les gendarmes ont été confrontés à un groupe d’une quarantaine de personnes, pour certaines munis de bâtons ou de barres de fer, dans le quartier du Plateau. Les gendarmes doivent leur vie à l’arrivée de gendarmes mobiles, de pelotons de surveillance et l’intervention par l’hélicoptère de la gendarmerie.
Toujours le 13 juillet au soir, le commissariat de Jouy-le-Moutier a été visé.
D’autres incidents se sont produits à Garges, à Sarcelles, à Goussainville et à Argenteuil.
Grâce aux renforts, « Il n’y a pas eu d’affrontement direct, il n’y a pas eu de blessé », a indiqué vendredi la préfecture du Val-d’Oise, citée par le Parisien (leparisien.fr/fosses-la-caserne-de-gendarmerie-prise-pour-cible).
Un grand nombre de voitures ont été brûlées, et des feux de poubelles ont été allumés un peu partout.
21 militants dont on ne sait à quelles organisations ils appartiennent ont été interpellés.
La police nationale a été mobilisée pour assurer un calme relatif dans le secteur urbain occupé du Val-d’Oise.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Pendant la fête du 14 juillet, où les tensions entre les deux camps dégénèrent en émeutes et violences, la gendarmerie et la police du Val-d’Oise ont déployé « un très gros dispositif, solide et dense », a déclaré le colonel Thomas, constitué de 290 gendarmes et 30 gendarmes mobiles, auquel s’ajoute, selon la préfecture, « plus de 650 policiers et gendarmes, 370 sapeurs-pompiers pour garantir la sécurité et l’ordre public sur tout le département. »
Alors que le ministère des Affaires étrangères français a publié le communiqué suivant, vendredi suite à l’attentat commis par trois terroristes à Jérusalem, c’est à l’attention des leaders des territoires occupés du Val-d’Oise qu’il s’applique à la perfection :
Le recours à la violence, sous toutes ses formes, est inacceptable et va à l’encontre de la recherche de la paix. Dans un contexte d’accroissement des tensions notamment dans la partie occupée [remplacer Jérusalem par Val d’Oise], la France appelle l’ensemble des parties à s’abstenir de tout acte ou déclaration de nature à aggraver ces tensions. »
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet


A toute occasion ces voyous des banlieues trouvent un bon prétexte de faire la fête à leur manière, quoi de plus naturel à çà ?
Ils sont habitués à ce qu’on les laisse faire sans aucune poursuite judiciaire. Alors pourquoi ne pas continuer?
En France, l’heure est grave et aucun parti politique ouvre le débat sur la situation dramatique des banlieues. Ca ne dérange donc personne.
Que la fête continue donc. affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Civil War
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1526-1905 : l'état civil des Vosges est en ligne !
» baptème civil
» Mariage Civil?
» Communication et divulgation en matière d’état civil
» 2B - Haute Corse - L'état civil est en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USA :: Le forum Reste du Monde :: Forum France-
Sauter vers: