Un forum francophone exclusivement consacré aux Etats-Unis d'Amérique (politique, société, culture, médias, sport etc...)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 G. Bush reçoit V. Poutine

Aller en bas 
AuteurMessage
Amnesiac
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 248
Age : 32
Localisation : Paris

MessageSujet: G. Bush reçoit V. Poutine   Dim 1 Juil - 20:49

Citation :
Le président russe, Vladimir Poutine, doit être accueilli, dimanche 1er et lundi 2 juillet, dans la résidence familiale des Bush, à Kennebunkport, dans le Maine, pour une "rencontre informelle" de deux jours avec son homologue américain. L'invitation a été lancée par George Bush fin mai, à l'approche du sommet du G8 de Heiligendamm, au moment où la Russie durcissait le ton sur le statut du Kosovo, le projet américain de bouclier antimissile en Europe, ou encore le traité sur les armes conventionnelles en Europe. La rencontre de Kennebunkport, lieu de villégiature sur la côte atlantique, vise avant tout à calmer la rhétorique émanant du Kremlin depuis plusieurs mois.


La Russie menace d'apposer son veto à une résolution de l'ONU qui prévoirait l'indépendance du Kosovo, près de huit ans après l'intervention de l'OTAN dans la province. Moscou a parlé de braquer des missiles contre des sites en Pologne et en République tchèque si des éléments du bouclier antimissile américain devaient y être installés. Dans un discours récent, Vladimir Poutine a comparé les Etats-Unis - sans les nommer - au "IIIe Reich" hitlérien, non sans susciter une certaine consternation à Washington.

L'administration Bush veut ramener un peu de modération dans le débat, sans pour autant céder face aux objections russes. L'idée est de mettre l'accent sur les espaces de coopération qui existent avec la Russie de Vladimir Poutine : la non-prolifération (Iran, Corée du Nord), le nucléaire civil, l'antiterrorisme, le contrôle sur les stocks d'armes ou de substances dangereuses pouvant tomber entre les mains de groupes radicaux, la lutte antidrogue, l'Afghanistan...

Selon le sous-secrétaire d'Etat américain Dan Fried, qui s'exprimait le 21 juin devant une commission du Sénat, la dégradation des relations avec la Russie s'explique par un phénomène de "retour de bâton". Rendue confiante par les revenus qu'elle tire de ses exportations d'hydrocarbures, la Russie veut s'affirmer dans le monde après l'affaiblissement des années 1990. Les Etats-Unis ne renonceront pas pour autant à "la défense ferme de nos principes et de nos amis", a souligné ce responsable, c'est-à-dire à la "protection stratégique des nouvelles libertés qui ont émergé en Europe de l'Est et en Eurasie" après la disparition de l'URSS.

Ces arguments, ainsi que toute critique formulée contre l'évolution politique interne de la Russie, sont irrecevables pour M. Poutine, convaincu qu'une stratégie américaine d'endiguement, voire de renversement de régime, est à l'oeuvre. En offrant à M. Poutine l'occasion d'une rencontre bilatérale à fortes retombées médiatiques, l'administration Bush joue sur la corde nostalgique russe pour les sommets entre "grands" de la "guerre froide". Mais pour certains analystes, le geste arrive tard, et la politique russe de l'équipe Bush a été trop décousue et improvisée.

Accaparée par le problème de l'Irak, l'administration Bush "a été incapable d'accorder une attention régulière aux relations avec Moscou. Elle agit maintenant comme un étudiant fainéant qui n'a rien fait pendant des mois, et s'y met brusquement à dix jours de l'examen", nous dit un membre du Council on Foreign Relations, un organisme qui avait publié en 2006 un rapport prônant une "coopération sélective" avec la Russie, à la place du "partenariat stratégique" trop irréaliste envisagé après le 11 septembre 2001.

Aujourd'hui, les responsables américains considèrent comme une victoire le fait que la Russie ait proposé une utilisation conjointe d'un radar en Azerbaïdjan pour lutter contre les missiles iraniens : c'était reconnaître qu'un tel danger balistique existe. Ils observent aussi que la Russie a cessé au fil des mois de s'opposer à l'idée de sanctions de l'ONU contre l'Iran en raison de son programme nucléaire, alors qu'elle répétait auparavant que cela mènerait à un conflit armé. Mais l'époque est révolue où le président Bush disait (en juin 2001) avoir "perçu l'âme" de M. Poutine. Les fournitures d'armements russes à l'Iran, à la Syrie, et au Venezuela d'Hugo Chavez comptent parmi les facteurs d'inquiétude.

source: lemonde.fr

Il va falloir la jouer habilement celle ci.
Le pere Poutine me fout un peu les miquettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaforum.forumperso.com
 
G. Bush reçoit V. Poutine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poutine nourmaunde
» Poutine au tofu
» Sarkozy-Bush : deux potes
» "Project Bush" : 93 photos de pubis pour dire non au diktat de l'épilation intégrale
» Bush esquive une paire de chaussure...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USA :: Le forum USA :: Actualité-
Sauter vers: